Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 23:56
Les Très Riches Heures, Juillet.







Cette enluminure, qui semble être l'oeuvre vers 1440 de l'artiste qui a peint le mois de juin, complète la précédente par la présentation d'autres travaux agricoles.
Dans un champ délimité de chaque côté par des cours d'eau et par des arbres, deux moissonneurs coupent le blé à la faucille; ils sont présentés en deux attitudes différentes. Le blé coupé n'a pas encore été mis en gerbes. Dans le champ, on reconnaît des bleuets et des coquelicots.
Au premier plan, dans le triangle de droite, une femme en robe bleue, vue de dos, et un homme agenouillé tondent des moutons avec force.
Si le paysage montagneux est conventionnel, le château triangulaire aux toits d'ardoise bleue est celui de Poitiers, baigné par le Clain. Construit par le Duc de Berry à la fin du XIVème siècle, il restera en sa possession jusqu'à sa mort en 1416, et devient ensuite la pssession du duc de Touraine, puis, le 17 mai 1417, de Charles de France, le futur Charles VII, qui en fit une de ses capitales. Dans ce château qui n'existe plus, on pénétrait par une longue passerelle, que protégeait une tour rectangulaire, et par un pont-levis. Un petit pont permettait d'accéder à la tour avancée. A droite du château, un ensemble de bâtiments, dont une chapelle, est protégé par un bras de rivière.

Le moissonneur, qui utilise une baguette sans doute pour redresser le blé, s'apprête à se servir de sa faucille. Il rappelle l'un des trois faucheurs du mois de juin: un chapeau à larges bords le protège du soleil; il porte une chemise blanche sous laquelle on aperçoit un caleçon; il travaille pieds nus au contraire de l'autre moissonneur.

Paysage de rivière avec deux cygnes, ses osiers et ses roseaux. Le miniaturiste ne saisit plus seulement le détail des phénomènes dans l'infinie diversité des apparences: "Par le jeu de l'atmosphère dont le peintre enfin sait donner l'illusion, le paysage montre la vérité de l'unité visible (G. Duby). Les enlumineurs, attentifs à la singularité de chaque objet, parviennent à réunir la variété des apparences dans un univers dont le principe lumineux assure la cohérence.

Le paysan d'une main, maintient un mouton sur son genou, et, de l'autre, tient une force; il regarde travailler sa compagne et sans doute lui donne-t-il des conseils. Les moutons des Très Riches Heures du Duc de berry n'appartiennent plus à la tradition littéraire de la pastourelle et de la bergerie; ils prennent place dans la réalité quotidienne que le talent de l'artiste rend poétique.



Iconographie des douze  mois ici :

http://vivre-au-moyen-age.over-blog.com/album-1045928.html

Partager cet article

Repost 0
Jehanne - dans L'Art au Moyen âge

Présentation

  • : Vivre au Moyen âge
  • Vivre au Moyen âge
  • : Le blog vivre au Moyen âge a pour but de renseigner le lecteur sur les us et coutumes du Moyen âge. Les articles et iconographies publiées dans ce blog sont le fruit de mes recherches sur internet et dans les livres . Je ne suis pas auteur des textes publiés qui sont des citations extraites de mes trouvailles. Bon voyage dans le temps !!!!
  • Contact