Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 01:05
Les fraises au Moyen âge.








Les médecins du Moyen Âge classaient la fraise parmi les aliments chauds et moites comme les dattes et contrairement à beaucoup d'autres fruits jugés froids et/ou putrescibles comme les pêches, les abricots, les cerises, les mûres, le melon, etc., ils recommandaient de la manger en dessert et non en entrée.

Au Moyen Âge, on commença à cultiver la fraise des bois d'Europe, Fragaria vesca, en repiquant des stolons dans les jardins. Elle se transplante facilement dans les jardins si le sol leur convient. Ses petits fruits parfumés étaient très appréciés. On doit l'amélioration du fraisier sauvage à petits fruits aux Anglais qui avaient un faible pour elle et dès le 13e siècle eurent l'idée de la pailler pour la protéger, hâter sa maturation et augmenter sa production. Ils donnèrent d'ailleurs aux fraises le nom de strawberry, " baie de paille ". En France au 14e siècle, Charles V fit planter 1200 fraisiers sauvages dans les parterres du Louvre, mais uniquement à des fins décoratives. Par contre à Versailles, Jean-Baptiste de La Quintinie en cultivait en abondance dans des serres et sous châssis pour Louis XIV qui en raffolait.

On a prêté au fraisier sauvage et à son fruit de nombreuses vertus thérapeutiques, notamment comme astringent contre les diarrhées, comme dépuratif, diurétique et antirhumatismal. Au 17e siècle, on recommandait l'été de se frotter les mains de fraises écrasées pour ne pas avoir à souffrir par la suite de gerçures et d'engelures. Une racine de fraisier appliquée sur une dent gâtée avait la réputation de la faire tomber. Dans le Languedoc, on recommandait pour combattre la jaunisse de porter au cou un petit sachet de toile contenant des feuilles fraîches de fraisier pendant neuf jours et de réciter tous les matins cinq Ave et cinq Pater : le dixième jour le malade devait faire une infusion de feuilles qu'il se passait sur tout le corps.

Linné, le père de la nomenclature de la botanique moderne, affirmait avoir pu échapper aux atteintes de la goutte grâce à une cure de fraises qui favorise l'élimination de l'acide urique et qualifiait le fruit de " bienfait des dieux ". Lobelius à la Renaissance avait déjà souligné ses qualités diurétiques si remarquables " qu'elle est capable de rompre même les plus gros calculs. " Boerhaave au 17e siècle l'utilisait non seulement contre la goutte, mais aussi contre la phtisie.
Fontenelle qui vécut 100 ans lui attribuait son exceptionnelle longévité. Mme Talien s'en faisait préparer des bains pour entretenir la jeunesse de sa peau et l'éclat de son teint. Dix kilos de fraises étaient nécessaires à l'eau du bain, ce qui ne met pas

la beauté à la portée de toutes les bourses !

Avant l'arrivée des Conquistadores dans le Nouveau Monde, les Indiens du Chili cultivaient des fraisiers portant des fruits " gros comme des noix ", rouge pâle avec une chair pâle à l'arôme délicat. C'est en 1713 qu'un officier français au nom prédestiné, Frézier, ramena du Chili cinq plants de cette variété indigène de fraisier à gros fruits, Fragaria chiloensis. Comme il était breton, il en fit d'abord profiter son Plougastel natal. Les fraises actuelles sont des hybrides entre le fraisier du Chili et le fraisier écarlate, Fragaria virginiana, cité pour la première fois dans le Massachusetts en 1621. La paternité de l'hybridation revient au naturaliste Antoine-Nicolas Duchesnes. La culture de la fraise s'est surtout développée à partir du 19e siècle. C'est seulement vers la fin du 19e siècle que l'on réussit à obtenir des fraises remontantes à gros fruits, dites des " quatre saisons ". Un abbé du nom de Thivolet créa la Saint-Joseph, première variété remontante, produisant plusieurs récoltes dans la même saison.


Partager cet article

Repost 0
Jehanne - dans L'Alimentation

Présentation

  • : Vivre au Moyen âge
  • Vivre au Moyen âge
  • : Le blog vivre au Moyen âge a pour but de renseigner le lecteur sur les us et coutumes du Moyen âge. Les articles et iconographies publiées dans ce blog sont le fruit de mes recherches sur internet et dans les livres . Je ne suis pas auteur des textes publiés qui sont des citations extraites de mes trouvailles. Bon voyage dans le temps !!!!
  • Contact