Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 03:20
Les forgerons et les taillandiers.









Les forgerons étaient souvent dans les villages, alors que la plupart des autres métiers, comme les tisserands ou les meuniers, étaient plutôt à l'extérieur des villages.

Le métier de forgeron se décline en différentes spécialités : maréchal ferrant, serrurier, faiseur de cercles, faiseur de charrue, maréchal, chaudronnier, maréchal des forges...
Certaines personnes ont plusieurs de ces métiers, comme par exemple forgeron et serrurier. Il est difficile de dire, s'il n'est que serrurier, ou forgeron avec une spécialité reconnue de serrurier.

Le fer est la matière principal des forgerons. L'acier et la fonte sont semblables. Ils sont principalement le mélange de fer et de carbone à base de charbon.

Entre le XIe siècle et le XVe siècle, il était rare que la forge appartienne au forgeron ; elle appartenait au seigneur local, qui en possédait les droits, et en récupérait les bénéfices en y plaçant un forgeron salarié.

Les activités du forgeron:
• ferrage des chevaux, et donc fabrication des fers,
• fabrication des cerclage des roues des charrettes,
• fabrication des cercles pour le tonnelier,
• serrures et quincaillerie,
• fabrication des divers araire, ainsi que tous les outils des champs : faux, faucille, râteau, houes, ...
• fabrication des divers outils pour les jardins : pelle, pioche, fousou, bêche, fourches, ...
• crémaillères, broches, tisonniers, moines, ...

En fait dans la nature les chevaux n'ont pas besoin de fer, la corne du sabot poussant de manière constante à raison de près d'un centimètre par mois. Mais les chevaux utilisés dans les champs et plus encore ceux qui servent aux transports (des personnes et des biens) sur les routes, voit l'usure des sabots se faire plus rapidement que le remplacement naturel. Le ferrage des chevaux devient indispensable sinon celui-ci doit être inemployé le temps que la corne se refasse. Mais à l'inverse, comme la corne continu à pousser, il faut régulièrement remplacer les fers, les pointes le fixant, se trouvant dans les parties fragilisés et anciennes du sabots, c' est aussi pour cela que les fers étaient régulièrement perdu par les animaux.



Au Moyen Âge le taillandier est un forgeron qui travaille en finesse. Il est chargé de la production de tout ce qui a tranchant, de ce que l'on appelle les outils à taillants.

La matière première du taillandier est l'acier. Il était souvent fourni en barre de plusieurs mètres de long, que le taillandier coupait à la longueur voulue. Dans les temps de pénurie, ou pendant les guerres, le taillandier récupérait tout le métal qu'il pouvait afin de le « recycler ». Parfois le taillandier fournissait aussi les manches des outils qu'il fabriquait lui-même en châtaignier ou en frêne.

Les outils du taillandier sont les mêmes que ceux du forgeron. Il utilise bien sûr une forge pour chauffer le métal. Celui-ci est ensuite aplati au marteau par plusieurs ouvriers. Plus tard, ils seront remplacés par un marteau-pilon (ou martinet) qui fonctionnait au gaz ou à l'électricité. Le taillandier utilisait également, comme le forgeron, une gamme de marteaux et de pinces de forge.

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Vivre au Moyen âge
  • Vivre au Moyen âge
  • : Le blog vivre au Moyen âge a pour but de renseigner le lecteur sur les us et coutumes du Moyen âge. Les articles et iconographies publiées dans ce blog sont le fruit de mes recherches sur internet et dans les livres . Je ne suis pas auteur des textes publiés qui sont des citations extraites de mes trouvailles. Bon voyage dans le temps !!!!
  • Contact