Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 17:53
Château du Coudray Salbart.




vue-aerienne-copie-1.jpg


Le Coudray-Salbart est l'une des plus célèbres forteresses de la France médiévale, non seulement pour son bon état de conservation général, mais aussi et surtout pour la qualité de sa construction. Ses hautes tours dominent encore la Sèvre Niortaise à 2 km au nord du bourg d'Échiré. Une partie réduite de ce territoire passa aux mains des seigneurs de Parthenay qui en rendent hommage à l'abbé de Saint-Maixent à la fin du XIIe siècle ; mais rien ne permet d'affirmer qu'ils aient possédé le site même, et a fortiori qu'ils y aient construit un château avant le XIIIe siècle.


Le Coudray-Salbart, n'apparaît pas dans les textes avant les années 1219-1222, et ses caractéristiques architecturales ne permettent pas de le vieillir beaucoup plus. Cette forteresse a dû être entreprise par Hugues Ier de Parthenay (1182-1218) et poursuivie par son fils. La construction d'un tel monument suppose des moyens considérables, et à première vue sans rapport avec les revenus de la seigneurie foncière des Parthenay. C'est avec l'aide du roi  d'Angleterre que la place fut créée ou connut un réel développement.






Les sires de Parthenay participent en effet aux luttes qui opposent le roi de France et le roi d'Angleterre pour la possession du Poitou. Ils sont plus volontiers attachés au second, qui leur verse des sommes d'argent considérables pour fortifier leurs châteaux ; mais à plusieurs reprises, leur fidélité est remise en cause et l'aide anglaise doit cesser. Il contrôle le passage sur la Sèvre et la frontière sud des terres des Parthenay. Jusqu'à la fin du XIIe siècle, la seigneurie est défendue par les places de Parthenay, Secondigny, Germond et Champdeniers. L'entrée en guerre des seigneurs de Parthenay aux côtés de Jean sans Terre justifie en cet endroit l'édification de deux autres forteresses, Béceleuf et surtout Le Coudray- Salbart. Ces deux châteaux font face aux châteaux ennemis des sires de Lusignan (Mervent, Vouvant, Cherveux, Saint-Gelais).



coudray14.jpg


Dès la fin du XIIIe siècle, Le Coudray-Salbart n'est plus qu'une forteresse secondaire, peu à peu dépassée par les nouveaux moyens d'attaque des places. Bien qu'une garnison y soit attestée jusqu'au début du XVIe siècle, l'édifice n'est pas entretenu. Le château proprement dit est précédé d'une basse-cour à l'ouest. Le rempart qui la délimitait est en grande partie arasé. L'actuelle maison des gardiens marque l'emplacement de l'ancienne entrée, qui était ouverte entre deux tours et précédée d'une barbacane.

Cette partie du site est très ruinée, mais une description du XVe siècle fournit de précieuses indications ; elle nous apprend que la basse-cour renfermait une chapelle, un four, une forge, et divers bâtiments. C'est par la tour du Portal que l'on accède à la cour intérieure, en franchissant des fossés sur un pont de bois (récemment restitué). L'enceinte principale délimite une vaste cour. Elle est presque rectangulaire, et flanquée de quatre tours d'angles (tours du Moulin, de Bois-Berthier, Tour- Double et Grosse-Tour).






Les tours Saint-Michel et du Portal occupent le milieu des deux plus longs côtés. Ces tours rondes, bien conservées, sont reliées par des courtines dont la particularité est d'offrir deux niveaux de circulation : le chemin de ronde au sommet des murailles, et la gaine, galerie couverte d'un berceau brisé, ménagée dans l'épaisseur des murs.



coudray11.jpg


La Grosse-Tour, qui contient la plus grande salle du château, rappelle les anciens donjons romans, avec sa porte ouverte à mi-hauteur. Mais elle n'en conserve ni le rôle d'habitation seigneuriale, ni la situation, puisqu'elle est intégrée à l'enceinte bien qu'étant isolée de la gaine. Chaque tour possède une ou deux salles dont les voûtes et leur décor traduisent le début du XIIIe siècle (berceaux, coupole, arc de cloître, voûtes d'ogives angevines aux nervures reposant sur des culots ou des chapiteaux sculptés). Des vestiges de fortifications apparaissent en effet dans la cour, en partie englobés dans le château actuellement connu. Ce sont les témoins de la première phase de construction du Coudray-Salbart. La forteresse montre bien les problèmes posés par l'adaptation des modes de construction locaux aux nouveaux impératifs de la défense. Seule la dernière phase de construction traduit une conception d'ensemble de la fortification et un programme technique cohérent et planifié. Il passe par le renforcement du front est, avec deux tours jumelles dotées d'éperons en amande et, surtout, par la création de la gaine sur tout le périmètre de l'enceinte. Des reprises de construction montrent en effet qu'en certains endroits, la voûte de la gaine a été posée sur une muraille préexistante.



coudray09.jpg


Abandonnée depuis plus de quatre siècles, la forteresse présente des vestiges impressionnants. N'ayant jamais été associée à une agglomération, elle a été vite délaissée et est restée isolée, ni remaniée ni démantelée, ce qui explique son excellent état de conservation. L'ensemble du site, est ouvert à la visite, est classé.

Une association locale en assure la conservation à l'aide de bénévole.



coudray16.jpg



Source casteland.

Partager cet article

Repost 0
Jehanne - dans Patrimoine

Présentation

  • : Vivre au Moyen âge
  • Vivre au Moyen âge
  • : Le blog vivre au Moyen âge a pour but de renseigner le lecteur sur les us et coutumes du Moyen âge. Les articles et iconographies publiées dans ce blog sont le fruit de mes recherches sur internet et dans les livres . Je ne suis pas auteur des textes publiés qui sont des citations extraites de mes trouvailles. Bon voyage dans le temps !!!!
  • Contact