Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 09:05
L 'Eglise et les procès d'animaux.




undefined



Les auteurs mettent l’accent sur le fait que les procès d’animaux rapportaient énormément à l’Église. La majorité des habitants qui avaient recours à la justice ecclésiastique croyait avoir été victime d’une punition de Dieu, il était donc normal de faire appel à l’Église pour délivrer les gens du mal qui les entouraient. En fait, cela débutait toujours avec la croyance que le malin, le démon, etc. habitait les corps des animaux en question. Que se soit des insectes ou des rongeurs, il fallait exorciser ce mal.


Pendant ce temps, on profitait de la situation pour sermonner la population et rappeler leurs péchés à l’ordre du jour; qu’ils devaient prier, effectuer des processions et surtout, ne pas oublier de payer la dîme! On dit que l’Église, sans nécessairement en connaître toutes les explications, savait que les insectes étaient fragiles aux changements climatiques et qu’elles ne vivaient pas très longtemps. Elle s’organisait pour faire coïncider les excommunications avec le départ de celles-ci afin d’assurer le succès de leurs incantations. On aurait orchestré les jugements en fonction de ces phénomènes. Les procès se révélaient souvent donc très long et, selon Dreszder, auraient été voulu et imposé par l’Église. L’excommunication était précédée d’un grand cérémonial qui avait pour but de montrer la puissance de l’Église et rassurer le peuple. Tout en utilisant les superstitions des habitants, l’Église contrôlait et élargissait son pouvoir. Elle accroissait son emprise dont la base était l’exploitation de l’animal et le peuple.

 
Dans le cas où l’excommunication n’aurait pas d’effets, et cela était aussi vrai dans de nombreux cas de prononciation de malédictions ou d’exorcismes, on retournait la culpabilité vers l’homme. C’est en ce sens que Dietrich doute de la sincérité de ces actions ecclésiastiques car il est convaincu qu’il s’agissait « d’un stratagème habilement combiné pour agir encore mieux sur le corps des fidèle. L’Église prétendait donc défendre les intérêts moraux et matériels des gens tout en s’assurant des rentrés d’argent appréciables. Selon Vartier, « …ils faisaient de l’acquittement ponctuel des redevances ecclésiastiques la condition de base du rétablissement de la situation ». Dans cette perspective, Il y a quelque chose d’assez hypocrite sous le respect de ces formes de procès. De plus, l’Église pouvait toujours se sauver honorablement des subterfuges en accusant les hommes d’avoir péché et devaient donc subir la loi de Dieu : « …C’est que votre âme est trop noire, que la dîme ne rentre pas assez vite dans les coffres de l’abbaye, repentez-vous, jeûnez, faites l’aumône. L’Église ne perdait donc pas une once de prestige lorsque la sentence prononcé n’avait pas d’effets, c’est à dire qui ne coïncidait pas avec le départ naturel des animaux.

Partager cet article

Repost 0
Jehanne - dans La Justice

Présentation

  • : Vivre au Moyen âge
  • Vivre au Moyen âge
  • : Le blog vivre au Moyen âge a pour but de renseigner le lecteur sur les us et coutumes du Moyen âge. Les articles et iconographies publiées dans ce blog sont le fruit de mes recherches sur internet et dans les livres . Je ne suis pas auteur des textes publiés qui sont des citations extraites de mes trouvailles. Bon voyage dans le temps !!!!
  • Contact